François Stevens, analyste, papa et désormais PhD

François Stevens, analyste, papa et désormais PhD

François STEVENS

Licencié en Physique, Business Analytics Consultant chez SIRIUS Insight, jeune papa de deux petits garçons et depuis peu Docteur en Science Agronomique, voici les éléments clés sur le parcours de François Stevens. Il nous raconte ses motivations, ses acquis et les difficultés rencontrées.

Le soleil comme initiation à la recherche scientifique

Après avoir finalisé sa licence en Physique à l’ULB en 2007, François rejoint l’Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique en qualité de collaborateur scientifique. Avec l’équipe scientifique, il analyse le spectre électromagnétique émis par le soleil à l’aide d’instruments localisés au sol et sur la station ISS. Ces mesures permettent d’étudier le soleil mais elles sont également exploitées dans le cadre des sciences de l’atmosphère et de la climatologie.

« Ce parcours au sein de l’Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique est une suite cohérente de mon cursus étudiant » explique François. « Les sciences de l’atmosphère m’ont plu car elles reposent sur une technologie en constante évolution, font appel à des compétences d’analyse de données et de modélisation physique et répondent à des enjeux majeurs de notre époque. »

L’étude spatiale du carbone organique du sol : la recherche de méthodologies robustes

Ensuite, François a souhaité approfondir ses compétences en entreprenant une thèse. Pour lui, réaliser une thèse permet la liaison entre des compétences plus théoriques acquises durant son master en physique et l’approche opérationnelle dans le monde de l’entreprise, tout en bénéficiant de l’encadrement et de l’expertise de promoteurs et d’un comité scientifique.

Après différents échanges avec l’équipe de l’unité d’Environnemétrie et Géomatique de l’institut ELI de l’UCL, il se lance dans l’étude spatiale du carbone organique du sol, une propriété fondamentale liée à la qualité des sols.

L’objectif est d’appliquer des méthodes géostatistiques pour expliquer les grandes variations de carbone observées et en estimer la distribution spatiale en exploitant les diverses données disponibles. Ces connaissances et techniques permettraient d’accompagner des politiques de gestion agricole visant à séquestrer davantage de carbone dans les sols et donc de compenser partiellement les émissions humaines de CO2 dans l’atmosphère.

Spatial prediction and standard deviation

L’analyse spatiale et prédictive : un terrain coïncidant aux besoins de SIRIUS Insight

Pendant 4 années, François s’est consacré entièrement à la réalisation de sa thèse. Après cette période de recherche scientifique, il avait le désir de mettre ses compétences au profit d’une entreprise. C’est ainsi que François a rejoint l’équipe de SIRIUS Insight en septembre 2015 en qualité de Business Analytics Consultant tout en poursuivant parallèlement sa thèse.

« En réalisant ma thèse je suis entré en contact avec de nombreuses méthodes et outils qui me servent également chez SIRIUS Insight » explique François. C’est pendant sa thèse qu’il a appris à traiter des données spatiales avec un système d’information géographique (GIS), à programmer en R et en python et à mettre en place des méthodes d’analyse statistique et de machine learning.

Et s’il fallait recommencer ?

Après une période de finalisation de sa thèse plutôt intense, François a une grande satisfaction d’avoir accompli ce parcours. Il repense avec beaucoup de plaisir aux contacts qu’il a eu avec son équipe de recherche, son promoteur, le jury, … « Ce sont des personnes réellement passionnées par leur domaine d’expertise et qui souhaitent faire avancer la science. Certes, combiner une thèse, le travail à temps plein et le rôle de jeune papa n’était certainement pas la voie la plus simple. J’ai appris à gérer mon temps entre ces différentes priorités, le stress et à persévérer jusqu’au bout ». Le cadre de la thèse est une opportunité précieuse pour tester de nouvelles approches avec un objectif défini et des données mises à disposition.